Français

Xing Yi Quan

En Chine, les plus célèbres des quatre styles d’arts martiaux sont le Tai Ji Quan, le Ba Gua Zhang, le Xing Yi Quan et le Shaolin. Les trois premiers sont internes et le dernier est externe. Parmi les trois styles internes, le Xing Yi Quan est un style plus ferme.

Selon la légende, la paternité du style remonterait au célèbre général YUE Fei (1102-1142), sous la dynastie des Song du Nord (960-1127). Grâce à cette technique, les armées YUE remportèrent de nombreuses victoires.

Le Xing Yi Quan a pour but de “renforcer l’Interne” (accroître le potentiel d’énergie vitale et conserver la santé), tout en “protégeant l’Externe” (être capable de se défendre en cas d’agression en utilisant les formes de l’Art Martial). Dans ces techniques, le corps (XING) guidé par la pensée (YI), et à travers de l’action du poing (QUAN), reproduit les mouvements de l’énergie interne (QI). C’est une union entre le corps externe, l’esprit, la pensée et l’énergie interne. Il est autant efficace sur le plan de la longévité qu’au niveau de la pratique martiale.

Les maîtres des arts martiaux modernes, récents, ont été profondément influencés par le Xing Yi Quan ; à titre d’exemple, le fondateur du Da Cheng Quan, Maître WANG Xiang Zhai est lui-même un Grand-maître de Xing Yi Quan. Sur cette base il a développé le Xing Yi Quan et créé le Da Cheng Quan. Si l’on pratique bien le Xing Yi Quan, cela nous aide à bien comprendre les arts martiaux internes.

C’est pour satisfaire la demande de nombreux élèves que notre Institut a ajouté cette discipline à ses formations habituelles.

Histoire Tai Ji Quan

Le Tai Ji Quan (Tai Chi Chuan) issu de Chen Jia Gou, un petit village chinois situé dans le district de Wenxian, a été créé par Maître CHEN Wangting (1600-1680), appartenant à la neuvième génération de la famille Chen à Chen Jia Gou.

Depuis plus de 300 ans, cet art, dont le mode de transmission a d’abord été familial, s’est propagé dans toute la société. Du Tai Ji Quan style Chen, découlent toutes les autres formes de Tai Ji Quan telles que le style Yang, les deux styles Wu, le style Sun…

Bienfaits thérapeutiques de Tai Ji

Littéralement, «Tai Ji Quan» signifie «boxe Tai Ji», il s’agit donc d’un art martial, d’un art de combat. Mais, avec l’évolution de la société, la fonction médicale du Tai Ji Quan a pris de plus en plus d’importance.

Aujourd’hui, la plupart des pratiquants cherchent avant tout à renforcer leur santé et à prévenir la maladie.

Il est donc indispensable d’étudier et de connaître les aspects médicaux du Tai Ji Quan.
Les indications médicales

Plusieurs années d’enseignement du Tai Ji Quan nous ont permis de constater son efficacité en matière de santé et de prévention, surtout dans le traitement des maladies chroniques.

Les indications médicales sont multiples et concernent les maladies de tous les systèmes, en particulier les systèmes moteur, vasculaire et cardio-vasculaire, endocrinien, digestif et respiratoire.
Précautions et contre-indications

Le Tai Ji Quan a des effets de traitement direct ou indirect sur la plupart des maladies chroniques, quel que soit l’âge ou le sexe du malade ainsi que sa condition physique. Cependant, il existe des contre-indications pour les cas de fébrilité, d’infection ou de crise aiguë.

On ne saurait avoir recours au Tai Ji Quan en cas d’angine de poitrine, d’infarctus, d’hépatite aiguë, de pneumonie, de néphrite aiguë, d’infection aiguë des voies urinaires. D’autre part, certaines atteintes du système nerveux comme l’apoplexie, les accidents artério-cérébraux, l’hémiplégie, ne sauraient non plus être traitées par le Tai Ji Quan.

En ce qui concerne les troubles psychologiques et les maladies psychiques, la pratique du Tai Ji Quan est envisageable en dehors des périodes de crise, surtout pour les personnes angoissées ou déprimées.

Quant aux malades ayant perdu le contrôle de leurs facultés mentales ou de raisonnement, ils sont incapables de pratiquer correctement, même en dehors des crises de démence.

Les femmes doivent éviter la pratique du Tai Ji Quan pendant la grossesse. Elles doivent modifier leur rythme et leur temps de pratique suivant leur réaction personnelle pendant les menstrues.
Importance de la prévention

La prévention, qui est le principe même de la médecine chinoise, consiste à éviter l’apparition des maladies ou à retarder leur évolution.

La médecine chinoise considère que toute maladie résulte d’un déséquilibre entre les énergies du yin et du yang et est d’autant plus grave que le déséquilibre est important. Le retour à l’état d’équilibre est donc synonyme de guérison.
Mécanisme des effets thérapeutiques

Les effets d’amélioration de la santé par le Tai Ji Quan sont liés aux fonctions suivantes : amélioration de la circulation de l’énergie et du sang, renforcement de l’énergie Yuan Qi, harmonisation de l’énergie et du sang et rééquilibre du Yin et du Yang.

Ba Gua Zhang

Le fondateur du Ba Gua Zhang se nomme Maître DONG Hai Chuan. Parmi les divers arts martiaux traditionnels chinois, qui sont comme autant de fleurs dans un jardin, il apparaît tel un trésor lumineux.

Depuis que Maître DONG Hai Chuan a commencé son enseignement, 200 ans se sont écoulés et bien des grands maîtres se réclamant de cette discipline se sont faits connaître.

La pratique du Ba Gua Zhang est spécifique. Les postures et mouvements sont à la fois précis, sûrs, fermes, élégants et très pratiques dans le cadre d’applications martiales.

Le Ba Gua Zhang s’inscrit et se réfère à la philosophie traditionnelle chinoise selon les théories Yi Jing, Yin et Yang et Ba Gua. Il se présente donc comme une richesse émanant de la culture. Pratiquer cet art martial, c’est comme s’immerger dans la culture et la philosophie de la Chine millénaire. Ceux qui ont commencé à le pratiquer veulent absolument continuer.

 

Da cheng chuan

Histoire Da Cheng Quan

Da Cheng Quan, est un art de combat contemporain d’une très grande efficacité martiale. Il est basé sur les techniques de combats traditionnelles chinoises, notamment le Da Cheng Quan créé dans les années quarante par le Grand Maître WANG Xiangzhai.

Le Da cheng chuan ou Boxe du Grand Accomplissement ou Da cheng quan, est un art martial contemporain fondé dans les années 40 par le maître Wang Xiang Zhai. Celui-ci aurait étudié le Xing yi quan auprès du légendaire maître Guo Yunshen avant de se perfectionner auprès de nombreux maîtres de cette école ainsi que de sa forme plus ancienne (le Xin yi quan) lors d’un voyage à travers toute la Chine qui dura plusieurs années.

Le Da Cheng Quan met en avant l’entraînement de l’esprit et de l’intention à travers l’exercice du Zhan zhuang ou “se tenir immobile comme un pieu”. Les techniques sont peu nombreuses et se travaillent en lenteur lors de l’exercice du Shi li (essayer la force). Le but de l’entraînement au Da cheng quan est de développer la force dite “hun yuan li”, une force multidirectionnelle permettant des réactions spontanées lors du combat.

L’enseignement de Wang Xiang Zhai, fondateur du Da Cheng Quan, se présente en 7 étapes, appelées les “7 portes du Da Cheng Quan”. Lesquelles sont :

1. Zhanzhuanggong : le travail du zhanzhuang, soit la posture dite “du pieu”, également connu en occident sous le nom de “posture de l’arbre”. Cet entrainement est le plus long et le plus important. Il existe les postures symétriques, qui peuvent également être pratiquée pour le bien être, et asymétriques, lesquelles sont indispensables à l’étude de l’art martial.

2. Shili : Le travail des mouvements lents pour “tester la force”. Il s’agit dans cette étape de trouver le mouvement qui permette un grand potentiel de force à moindre effort. Cet exercice se fait en position asymétrique statique.

3. Zoubu : Le travail des déplacements. Également appelé mocabu, qui signifie “déplacement en friction”. C’est un travail de recherche des appuis les plus solides tout au long du déplacement en utilisant les mêmes principes que pour le shili. Par la suite ces deux étapes fusionent et donnent le shili en déplacement.

4. Fali : Le travail de la sortie de force ou de “explosion”, qui est l’application du shili à vitesse réelle.

5. Shisheng : Le travail de “tester le son”. Il s’agit dans cet exercice d’apprendre à distribuer la force dans tout le corps lors du Fali, d’unir l’intérieur et l’extérieur du corps.

6. Tuishou : Le travail de “poussées de mains” propre au Yiquan / Dachengquan. Il existe deux formes de Tuishou : à une main et à deux mains, cette dernière ressemble à la pratique du Sanshou du taijiquan.

7. Shizhan : Le travail des applications au combat et à l’auto-défense. C’est le travail des différentes techniques propre au Da Cheng Quan seul et à deux. La forme de travail à deux relevant du duanshou, le travail de contrer l’adversaire.

Bienfaits

Le Dachenquan n’est pas constitué d’enchaînements compliqués, mais plutôt d’un ensemble de techniques simples et facilement assimilables. Dans un premier temps, son objectif est de renforcer globalement l’organisme.

Pour bien pratiquer le Da Chen Quan, l’accent est mis sur l’importance de la compréhension des principes de la pratique. Ses entraînements se font progressivement et naturellement, sans forcer. Ils comprennent les entraînements de l’esprit et la pensée, du corps pour le rendre d’une exceptionnelle résistance et tonicité, du relâché et de la souplesse, de l’augmentation de la force et d’obtention d’une qualité de réflexes appropriée aux combats réels. Cette technique est accessible à tous et à tout âge.

La phase initiale renforce globalement l’organisme par des techniques principalement statiques ou lentes. À l’issue de ce travail, on peut alors pratiquer les techniques martiales qui permettent de redécouvrir et de renforcer les fonctions instinctives du corps, et d’augmenter sa capacité de défense et d’attaque.

Zhan Zhuang (Technique de l’Arbre) pour la santé

Les techniques de l’arbre pour la santé sont issues des anciennes techniques DAOYIN – les techniques de longévité chinoises antiques. Pratiquer cet art peut aider à guérir les maladies. Cela permet d’éviter les médicaments et les opérations, grâce à la régulation du système nerveux qui stimule la capacité d’auto-défense. Cela favorise la circulation du sang, améliore le métabolisme, augmente la capacité de se défendre contre les énergies perverses et aide ainsi au rétablissement de la santé. Cette discipline est accessible à tous et à tout âge. Par ailleurs, les techniques de santé sont une excellente base pour les techniques de combat.

Histoire Qi Gong

Le Qi Gong est issu d’une philosophie et d’une pratique de la médecine traditionnelle chinoise, vieille de 5000 ans.

La notion de Qi (énergie) vient de la connaissance intuitive des phénomènes naturels que possédaient les anciens chinois. Pour eux, le Qi est à l’origine du monde, chaque élément de l’Univers résulte de ses mouvements et de ses modifications.

Dès l’antiquité, les Chinois étudièrent le Qi et ses applications dans le domaine médical : les théories de l’énergie du corps humain et du Qi Gong vont permettre de renforcer, de réguler et d’utiliser l’énergie vitale dans une visée thérapeutique. Cette science s’est maintenue malgré les vicissitudes de l’histoire et la pratique de cette discipline contribue grandement au maintient de la vitalité et de la santé en Chine et maintenant de part le monde.
Bienfaits

Le Qi est non seulement à l’origine de l’être humain, mais il est aussi indispensable à sa survie.

Les méthodes du Qi Gong permettent de développer le souffle interne (Qi) et de le faire circuler librement dans les méridiens d’acupuncture.

Le Qi Gong tonifie l’organisme en lui apportant une nouvelle énergie, facilite la circulation du sang dans le corps et équilibre le Yin et le Yang.

Il peut donc prévenir, voire guérir, les maladies, renforcer les capacités fonctionnelles du cerveau, augmenter l’efficacité du travail, préserver la jeunesse et accroître la longévité. Il permet aussi de se prémunir et de se défendre contre toute attaque extérieure.

A Arte Marcial Perfeita não se encontra numa prática, se encontra no espírito

MRF

 

Anúncios

Deixe um comentário

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair / Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair / Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair / Alterar )

Foto do Google+

Você está comentando utilizando sua conta Google+. Sair / Alterar )

Conectando a %s